Chaussures de marche : le cas spécifique de la randonnée

Il est tout à fait normal d’être à la recherche d’une paire de chaussure adéquate quand on parle de randonnée pédestre ou de marche. Une panoplie de choix est souvent étalée sur le marché : différents marques, multiples couleurs, et pour toutes les catégories. Chaussure de marche : Voyons de près le cas spécifique de la randonnée.

Trouver la chaussure à son pied

Les chassures de randonnée sont catégorisées selon le type de terrain sur lequel elles s’utilisent. Une surface polyvalente : boueuse, glissante, de forêt,…Aussi, de nombreux changement peut synchroniser durant la marche, puis, la forme physique du randonneur sont pris en compte au détail près pour trouver la chaussure à son pied au randonneur. A contrario, le coureur fera face à un chemin de croix palpitant, qui pourrait ternir sa réputation. Autant préconiser les mesures dès le départ !

La chaussure de randonnée a intérêt à être bien structurée : elle doit –être bien aérer, évacuer toute forme de transpiration. La pièce qui recouvre le dessus de la paire doit-être souple, résistante et ventilée. Ceci pour servir d’aisance au coureur. Une semelle cramponnant au sol, permettant une détente et une poussée optimale est requis. Ce modèle amplifié affectera les motivations et le besoin du marcheur. On considère l’effort fourni mais on progresse également dans la performance. Les coutures et les différents lacets seront le soutien primaire de la chaussure. En général, les lacets sont faits pour être commodes, sans pénaliser le coureur en cas de blessures ou de torsions.

Comme dans Cendrillon, chaque pied est unique. Même si les chaussures sont semblables et sortent d’une nouvelle production, les usagers n’ont pas la même morphologie. Par cette conception, aucune chaussure n’est universelle.

Le modèle pratique… confortable

Il va de soi de trouver le modèle pratique…résistant et confortable à l’encontre d’une randonnée. Quelles que soient les conditions météorologiques ou géographiques, il faut avoir à l’esprit : le bien-être et le confort dans ses baskets. Il est possible de traverser un parcours enrichissant, boueux, ou des escarpements sans fins. Ce n’est rien si vous avez l’équipement nécessaire : vos chaussures de randonnées.

Il est pratique de se référer au poids de votre paire. Saviez-vous que vous pourrez porter jusqu’à une tonne de chaussure sur un parcours de plus de vingt mille pas ? Nous vous conseillons les modèles légères, cramponnées, résistantes aux chocs et qui vous procurent l’étanchéité appropriées.

Dans un ordre statique,  chaque randonneur choisit le modèle qui lui convient, suivant sa morphologie, ses propres conditions, ses idéologies. Il faut se rappeler que rien ne dure. Au bout de mille kilomètres et plus, il faut savoir changer ou remplacer ses baskets.

A priori, lors d’un achat d’une nouvelle paire, on conseille de le faire en fin de journée. Tout simplement pour que vos pieds soient à l’aise. Aucun orteil ne se sent percuté. Puis, il se peut qu’en fin de journée, vos pieds auront effectué de nombreux parcours. À partir de ce moment, la circulation du sang est libérée. À cet instant même, la pointure que vous allez chausser sera la meilleure pour partir en randonnée.

Les plus prisés…

Comme il est dit qu’aucune chaussure n’est universelle. Il est rassurant d’indiquer que les plus prisés résident dans le confort de chacun. Pour toutes les catégories, petites et grandes, on mise sur les plus pratiques et commodes. On retrouve plusieurs marques, de toutes les couleurs, avec les lacets et les crampons de toutes sortes, les supinateurs, pronateurs et universels,…Mais à chacun son utilisation, sa propriété et sa morphologie ! Notons que les chaussures classiques de randonnées sont, entre autres, efficaces et persévérants.

Choisir des chaussures si l’on décide de faire un marathon
Marche active, rapide, nordique, athlétique : quels modèles pour quelles marches ?